prévoir

Quand le moment est venu de ramener la mort à sa juste place dans le cercle de la vie.


C’est un fait
Le monde disparaît à moi
Ma barque d’os s’enfonce dans la tombe
Il ne sert de rien de m’accrocher aux choses
Morceaux de vide en chaque chose
Je sens dans ma langue une joie folle
Bourdonne un essaim d’abeilles dans ma bouche

Alejandro Jodorowski

Lorsqu’un être cher va rendre son dernier souffle, souhaitons-nous vraiment le confier aux mains d’étrangers, ou plutôt pouvoir nous rassembler en tant que communauté et l’honorer dans un dernier acte d’amour ?
La question se pose pour soi aussi.

Il faut du temps pour traiter l’énormité de ce qui va se produire et pas seulement quelques minutes, mais des heures, voire des jours, pour vraiment intégrer le phénomène et se demander : « Qui suis-je moi maintenant ? Quel est mon désir pour finir ce temps terrestre ? »


Les convictions et la poésie sont essentiels, mais des questions pragmatiques se posent et doivent trouver leurs réponses lors d’un échange avec un professionnel du funéraire attentif.


noir clair est votre interlocutrice.


création d’un dossier de fin de vie

Le dossier de fin de vie se constitue avec le temps, au fil des événements et des pensées. Il est intime mais pas confidentiel : il se destine le moment venu à être partagé. Il est donc facile à trouver au domicile : les proches doivent le trouver facilement dans le cas d’un décès inattendu.

Directives anticipées

Dernières volontés

Testament

Documents financiers (contrat obsèque par exemple)

Soins souhaités post mortem


Sur la mort  
Al-Mitra reprit la parole, en disant :
« À présent nous aimerions t’interroger sur la Mort. »
Et il répondit :
« Vous voudriez percer le secret de la mort,
Mais comment y parvenir sans aller le chercher au cœur de la vie ?
Le hibou qui vit à l’orée de la nuit est aveugle au jour ;  ses yeux ne peuvent dévoiler le mystère de la lumière.
Si vous brûlez de voir l’esprit de la mort, ouvrez grand votre cœur dans le corps de la vie.
Car la vie et la mort ne font qu’un, comme ne font qu’un la rivière et la mer.
Dans les profondeurs de vos espoirs et de vos désirs sommeille votre silencieuse connaissance de l’au-delà ;
De même que la semence rêve sous la neige, votre cœur rêve des épousailles du printemps.
Ayez confiance en vos rêves, car en eux sont cachées les clés de l’éternité.
Votre effroi face à la mort n’est que ce tremblement du berger lorsque le roi lui fait l’honneur de le recevoir et s’apprête à poser sa main sur sa tête.
Or, en allant recevoir l’insigne du roi, le berger ne sait-il pas qu’un frison de joie s’éveille déjà sous sa frayeur ?
Et pourtant n’est-il pas encore plus conscient de sa peur ?
Qu’est-ce donc que mourir, si ce n’est s’offrir nu au vent et s’évaporer au soleil ?
Et cesser de respirer, n’est-ce pas libérer le souffle de ses perpétuelles marées, afin de s’élever sans le poids de la chair et de s’exhaler à la recherche de Dieu ?
Quand vous aurez bu à la rivière du silence, alors seulement vous pourrez véritablement chanter.
Et lorsque vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez à monter.
Et dès lors que la terre aura réclamé votre corps, vous saurez enfin danser. 

« Le prophète » de Khalil Gibran traduit par Jean-Pierre Dahdah


crémation
inhumation

délais
toilette mortuaire ou soin de d’hygiène et de conservation
transport du corps du défunt avant ou après mise en bière

accueil

06 75 75 07 03